Aller au contenu
Les rituels détox du printemps. Thématique de la préparation au printemps, catégorie : rituels. Epione bien-être.

La phase de transition entre l’hiver et le printemps est une période très importante et propice à la détoxification de l’organisme. En effet, ce moment de transition est une période où on peut sentir un décalage : envie de se lancer dans de nouveaux projets d’une part, avec la nature autour de nous qui se réveille. Mais aussi sensation d’une certaine lourdeur, d’une inertie, qui nous tire vers le bas.

Dans cet article, on va voir pourquoi le passage de l’hiver au printemps est le moment idéal pour une petite routine détox. J’en profite pour vous parler un peu plus largement de différents rituels detox que l’on peut mettre en place, en fonction de ses propres besoins et ressentis.

Il existe énormément de façons de faire. Cependant, en restant à l’écoute de son corps, on peut imaginer expérimenter plusieurs choses, tant au niveau de l’alimentation que des soins du corps, des tisanes ou des habitudes de vie (cf l’article sur les 4 piliers du bien-être au naturel).

En effet, un rituel détox, ce n’est pas seulement au niveau de l’alimentation ! C’est une façon de faire le vide, d’alléger son corps et son mental, pour passer cette étape de transition plus facilement et aborder le printemps qui arrive avec plus de légèreté.

Pourquoi faire un rituel detox ?

Des origines ancestrales

Différentes pratiques spirituelles, religieuses ou traditionnelles favorisent des périodes de mise au repos de l’organisme à différents moments de l’année. On connaît le Carême, d’une durée de 40 jours avant Pâques, où on alterne le jeûne complet, des repas légers et des temps de célébration. Le mois du Ramadan est aussi une période bien connue de célébration religieuse, d’abstinence et de jeûne sec.

En ayurveda, on pratique traditionnellement une cure de détoxification appelée Panchakarma. C’est une pratique médicale approfondie qui vise à nettoyer le corps de ses impuretés. La cure est constituée de plusieurs pratiques detox différentes, après une bonne préparation physique et psychique. Elle est suivie d’une cure de régénération. Elle doit être accompagnée par un médecin ayurvédique qualifié. À la fin de la cure, l’organisme est purifié, les canaux physiques et énergétiques sont propres et fluides.

Dans tous les cas, traditionnellement les effets physiques d’une detox ne sont pas séparés d’un profond effet sur le mental et l’esprit. Désencombrer son corps permet aussi de se reconnecter à sa spiritualité et de se recentrer sur les choses essentielles.

De nouvelles formes de rituels detox

Ces pratiques traditionnelles du jeûne sont encore aujourd’hui pratiquées, mais d’autres formes de rituels detox apparaissent. Le laboratoire des dynamiques sociales de Rouen a notamment développé ce sujet dans un article intitulé « Jeûner en France« .

Ainsi, on compte par exemple :

  • le jeûne intermittent (assez à la mode aujourd’hui car bien adapté à nos modes de vie),
  • différents types de retraites où le jeûne reste l’élément central de la cure,
  • les pratiques du réseau Jeûne et randonnée qui associent une alimentation très allégée à des marches sur plusieurs jours,
  • d’autres régimes et pratiques detox spécifiques visant à purifier l’organisme…

Une certaine souplesse des pratiques de cure voit donc le jour, laissant la liberté d’adapter les rituels detox aux spécificités de chacun. En France, de nombreux naturopathes intègrent la pratique du jeûne de manière souple dans leurs outils de restauration de la vitalité. En Allemagne et en Russie, ces pratiques sont déjà davantage institutionnalisés par le corps médical.

Les bienfaits d’une mise au repos de l’organisme

L’objectif principal de ces pratiques de mise au repos est de permettre à l’organisme de se purifier et de se régénérer. On élimine les toxines accumulées dans le corps, on allège. Cela permet à l’organisme de prendre le temps, de se reposer, de réparer. Une fois nettoyé et réparé, le corps retrouve de l’énergie et de la vitalité, retrouve sa santé. Ces pratiques ont également un effet important sur le moral avec une diminution du stress, une amélioration du sommeil et de l’humeur. Selon les adeptes, les bienfaits sont donc extrêmement larges et variés, autant au niveau du bien-être que de la santé. De plus en plus d’études scientifiques vont d’ailleurs dans ce sens au sujet du traitement de maladies variées, allant du diabète à l’hypertension en passant par les maladies articulaires, digestives ou inflammatoires (voir cet article).

Précautions

Malgré tout, les pratiques de detox et en particulier le jeûne, ne doivent pas se faire sans précautions. Un rituel detox nécessite toujours une entrée et sortie progressives, en évitant les changements drastiques du tout au tout pour permettre une adaptation en douceur de l’organisme. Un rituel detox c’est aussi un temps d’alignement du corps et de l’esprit, un temps pour respecter ses besoins et écouter son corps. Essayez de commencer petit au début. Testez par petites touches en étant réaliste sur votre point de départ et ce que vous pouvez ou pas vous permettre. Et pourquoi pas, en fonction de votre propre ressenti, envisagez un accompagnement adéquat avec une structure adaptée ou un thérapeute qui vous convient.

Rituel detox : tester chaque année de nouvelles habitudes bien-être

Ces quelques éléments théoriques posés, il est temps de passer à la pratique.

Le changement de saison de l’hiver au printemps est une période idéale pour faire une cure de détox de l’organisme. Pourquoi ? Parce que les toxines et les tissus confortablement stockés en hiver commencent à se remettre en mouvement. Il est donc nécessaire de leur faire de la place et de s’assurer que nos organes émonctoires fonctionnent bien pour les éliminer.

On peut donc privilégier cette période pour s’organiser un petit rituel detox, en fonction de notre motivation, notre énergie, nos besoins et nos envies. Déjà, identifier le temps dont on dispose. Il est essentiel de pouvoir se reposer et de prendre le temps : que ce soit sur une journée, une semaine, trois semaines (c’est l’idéal) ou même un mois. Si plusieurs jours d’affilé est trop compliqué, cela peut aussi se faire un jour par semaine pendant quatre semaines par exemple.

En pratique : combien de temps est-ce que j’accorde à ma détox de printemps cette année ?

N’hésitez pas à renseigner vos intentions et vos objectifs par écrit, dans un cahier. Notez aussi votre état initial et vos impressions tout au long de la cure, pour vous donner un ancrage et de la motivation.

Essayer de nouvelles habitudes alimentaires

Les fondamentaux d’un rituel detox

La base d’une cure detox de printemps c’est évidemment d’éviter de fumer, de boire de l’alcool et de consommer du café. Déjà rien que cela peut être une étape intéressante. Ne pas boire d’alcool pendant un mois si on est un grand fêtard, ou initier un arrêt du tabac sur une durée courte qui pourra éventuellement se prolonger (ou pas) est déjà un énorme challenge. Ensuite, éviter de consommer des sucreries, des aliments frits ou tous types de produits raffinés et industrialisés. On ne se rend pas compte la quantité de produits qui contiennent du sucre et cela peut être un véritable challenge de modifier sa consommation à ce niveau.

En ayurveda, on conseille également d’éviter de manger des aliments fermentés (yaourt, fromage, tofu, sauce soja ou pain) pendant la cure de détox. Évitez aussi l’ail et le piment, limiter la quantité de sel, d’aliments piquants ou acides.

Amener du changement dans ses habitudes culinaires

Plus généralement, on pourra s’essayer à limiter certains types d’aliments. Cela permet d’expérimenter l’effet corporel ressenti mais aussi développer de nouvelles habitudes culinaires qui nous font sortir du train-train quotidien. Par exemple, manger uniquement végétarien si on a l’habitude de consommer des produits carnés. Ou passer à un régime vegan si on est végétarien. Essayez un régime sans gluten ou sans lactose pendant quelques semaines, notamment si on consomme beaucoup de ces ingrédients par habitude. Ou encore, tester un régime particulier (voir cette liste très complète), en essayant de ne pas modifier drastiquement son alimentation mais en modifiant petit à petit ses habitudes.

Diète, mono-diète et jeûne

Enfin, on pourra s’essayer à des pratiques qui sont plus de l’ordre du jeûne ou de la frugalité. Attention à bien préparer l’entrée et la sortie pour ne pas brusquer l’organisme. Diminuer progressivement les quantités en éliminant progressivement les aliments, d’abord ceux plus difficiles à digérer (produits d’origine animale et aliments industriels) puis les céréales, les fruits, etc. Je vous propose un exemple d’entrée et sortie du jeûne plus bas.

On peut faire un jeûne complet (sec ou hydrique), tester le jeûne intermittent, faire une cure de légumes, de soupes, de jus, de bouillons, une mono-diète, ou tout simplement consommer des plats très allégés composés uniquement de légumes cuits ou de fruits. Le kitchari est un plat utilisé en mono-diète en ayurveda. Il est assez simple à mettre en place et est notamment recommandé pour les personnes de type Vata pour qui le jeûne n’est pas conseillé.

En pratique : je fais le bilan de mon alimentation actuelle : qu’est-ce qui me convient ? Qu’est-ce que j’aimerai changer ou tester cette année ? Qu’est-ce qui me permettrai de m’alléger pour redonner du peps à mon organisme ? Je n’hésite pas à télécharger le bonus d’Epione sur l’alimentation saine et consciente pour me donner des idées.

Engager un rituel detox par les soins du corps

Mais l’alimentation n’est pas le seul outil pour faire une cure detox de printemps. L’oléation (massage à l’huile chaude) ou la sudation (sauna, hammam, etc) sont notamment des pratiques très importantes dans la préparation de la cure Panchakarma en ayurveda. De manière générale, essayez d’intégrer des rituels de reconnexion au corps. Cela peut passer par une pratique d’un sport doux (yoga, pilates), de la méditation, de la marche consciente, des massages, des rituels de beauté pour le corps ou le visage, des soins de bien-être

Ce temps de repos et de reconstruction est important et agit à différents niveaux. La reconnexion au corps fait partie intégrante de ce moment. D’ailleurs, en fonction de vos préférences, il est tout à fait possible de n’agir qu’à ce niveau. La pratique d’une activité physique va de toute façon aider l’organisme à se purifier et à se délasser.

En pratique : je sélectionne un ou deux soins qui me parlent le plus, que ce soit de l’exercice physique, des massages, des rituels beauté ou autre. Pendant la durée de la détox, je m’y tiens quotidiennement et j’observe les effets sur mon corps et sur mon sentiment d’ancrage.

Tester les tisanes detox

Un autre moyen d’aider l’organisme à se purifier est de passer par les plantes médicinales. Vous pouvez profiter de ce temps pour faire une cure d’une ou de plusieurs plantes bénéfiques à votre organisme. Par exemple, si vous savez que vous avez le foie qui fonctionne au ralenti, faîtes une cure d’une des plantes du foie adaptées à votre cas (demandez à votre herboriste pour des recommandations personnalisées).

Je vous renvoie pour cela à l’article de la semaine dernière dédié aux tisanes detox. Je vous y propose 4 recettes de tisanes : pour l’intestin, le foie, les reins et le sang.

Il est aussi possible d’utiliser la tisane detox ayurvedique CCF au cumin, coriandre et fenouil, à prendre après les repas. Ou encore une tisane detox « passe-partout » achetée toute prête ou que vous faîtes vous-même avec une quantité égale de pissenlit, bardane, chardon-marie, armoise et ortie.

En pratique : je choisis une tisane détox adaptée à ma situation et je me procure le nécessaire en herboristerie ou en magasin bio.

Modifier ses habitudes et son hygiène de vie

Enfin, vous l’aurez compris si vous connaissez déjà les 4 piliers du bien-être d’Epione, le dernier outil à utiliser pour cette détox de printemps est le mode de vie de manière générale.

Les habitudes que l’on prend, qu’elles soient conscientes ou inconscientes, influent sur notre bien-être. De temps en temps, il peut être bon d’en changer ou de challenger nos habitudes. Vous êtes trop stressé ? Pourquoi ne pas envisager cette « detox de printemps » comme une occasion d’identifier vos sources de stress et de les éliminer (ou les diminuer) ne serait-ce que le temps d’une ou deux semaines ? Il est aussi possible d’en profiter pour pratiquer une sorte de détox mentale : écrire, méditer, pratiquer des activités créatrices ou libératrices.

Idem pour d’autres habitudes, parfois chronophages, toxiques ou qui créent une forme de dépendance. Vous culpabilisez de passer trop de temps sur Netflix ou sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ne pas faire une detox numérique et observer ce qui se passe ? L’idée est bien sûr de se libérer du temps, de l’espace, et surtout de rééquilibrer par le manque des habitudes qui finissent par nous contrôler à nos dépens. Autre idée : envisager un challenge minimaliste du type « pas d’achat pendant un mois », désencombrement ou garde-robe capsule…

Dans tous les cas, garder en tête qu’un rituel détox, c’est avant tout un break, donc du repos !

En pratique : je choisis une habitude, un objectif, sur lequel travailler. Pas plus au risque de s’éparpiller !

Une idée de rituel detox de printemps

J’espère que ces idées vous auront donné envie de concocter votre propre rituel detox personnalisé. Le but n’est pas de tout faire en même temps mais de suivre ses envies et de s’autoriser à sortir de la course consommatrice ou de ses habitudes pour un temps.

Pour vous donner un exemple, je vous propose ici un canva sur 10 jours à adapter en fonction de vos envies.

J1-4 : pré-cure

Avant la cure, poser son état initial (bilan global physique et psychique) et ses intentions pour la durée de la détox. Faire de la place dans son agenda pour avoir la possibilité de prendre du temps pour soi.

Les quatre premiers jours, éliminer progressivement :

  • J1 : la viande et le poisson, l’alcool, le café, les sucreries
  • J2 : les œufs et le fromage
  • J3 : les laitages, le gluten et le thé
  • J4 : les fruits (frais et secs) et les oléagineux (noix diverses)

Tisane detox de l’intestin à boire le soir.

Massages à l’huile de sésame, d’amande ou d’olive le soir avant le coucher. Si on en a la possibilité, bain chaud, hammam ou sauna. Dans tous les cas veuillez à ne pas prendre froid en faisant attention aux changements de température.

Faire progressivement plus de place dans sa vie pour la détox : voir quelles activités il est possible de diminuer et remplacer par du repos, des exercices de respiration, de la méditation…

J57 : détoxification

Tisane détox du foie à prendre le matin dès le lever. Puis exercices de yoga doux centrés sur la détoxification.

Pendant la journée et en fonction de la faim, mono-diète de kitchari, plat composé de :

  • haricots mungo ou à défaut lentilles corail,
  • riz semi-complet basmati,
  • huile de coco, d’olive ou ghee (beurre clarifié)
  • épices diverses (on peut les choisir en fonction de son dosha) : cumin, curcuma, coriandre, cardamone, fenouil, gingembre…
  • légumes digestes cuits à la vapeur : patates douces, carottes, céleri, courges, choux, etc.
  • Éventuellement herbes aromatiques : coriandre, thym, origan…

On ne mangera que ce plat pendant 3 jours. Cela libère beaucoup d’espace qui peut parfois être difficile à vivre (les émotions comme les toxines ressortent pour être évacuées). Apprendre à observer sans juger et à écouter ces ressentis.

Ces trois jours doivent vraiment être centrés sur le repos. Il faut accompagner le corps dans le processus d’élimination en buvant beaucoup d’eau et en faisant un sport doux comme la marche à pied ou des exercices de yoga.

Le soir, soins du corps, massages, bains chauds ou saunas. On peut aussi danser si ça nous fait du bien !

J8-10 : reprise progressive

Le matin : petit-déjeuner composé d’une pomme et 4 pruneaux, le tout cuit avec un peu d’eau et de cannelle.

Reprendre les aliments de la même manière qu’on les a arrêtés :

  • J8 : les fruits (frais et secs) et les oléagineux (noix diverses)
  • J9 : les laitages, le gluten et le thé
  • J10 : les œufs et le fromage

Tisane détox pour les reins à prendre entre les repas. Continuer à boire suffisamment d’eau.

Faire attention à son transit en poursuivant les exercices doux. Le soir on peut consommer une cuillère à café de miel pour aider la digestion.

L’idéal est de continuer à avoir un régime végétarien équilibré pendant quelques jours après ce rituel détox puis de réintégrer progressivement la viande, l’alcool et le café (si on le souhaite).

→ Noter ses impressions et les résultats de cette expérience détox !

J’espère que cet article vous aura été utile. Pour plus de conseils bien-être tout au long de l’année, vous pouvez télécharger votre roue de l’année et ainsi recevoir les petits astuces d’Epione à intervalles réguliers !

Prendre soin de soi au quotidien avec Epione Bien-être

Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement :

Nouvel article : Rituel détox pour le printemps. Alimentation, massages, plantes et habitudes de vie saines
Cure détox de printemps. Alimentation, massages, plantes et rituels detox
Préparation au printemps : Rituel détox pour le printemps. Alimentation, massages, plantes et habitudes de vie saines

Sources

Pour écrire cet article je me suis inspirée de mon expérience personnelle et de deux livres très sympathiques. Ils sont sans prise de tête et proposent chacun un rituel detox intéressant, alliant plusieurs dimensions (alimentation bien sûr mais aussi tisanes, soins du corps et travail sur les habitudes de vie) :

J’espère que cet article vous aura plu et vous donnera envie de tester des petits rituels détox de printemps… N’hésitez pas à programmer ça sur votre roue de l’année pour vous y tenir chaque année 🙂

Et bien-sûr, si le concept Epione – ayurveda et minimalisme – vous plaît, dîtes le moi ! Vous pouvez aussi vous abonner à la pause mensuelle bien-être pour recevoir chaque mois un petit résumé des thématiques abordées.