Aller au contenu
Plantes sauvages comestibles recettes faciles

Aujourd’hui nous abordons le vaste thème des plantes sauvages comestibles. Nous sommes toujours dans la thématique des finances ; et dans la catégorie herboristerie il m’apparaissait intéressant de découvrir ces ressources gratuites que nous croisons parfois au quotidien sans en avoir conscience.

De nombreuses plantes communes et sauvages sont en effet comestibles, parfois également médicinales. Ce sont des ressources accessibles gratuitement, pour peu que l’on prenne le temps de se renseigner correctement et d’en découvrir les saveurs étonnantes.

Plus symboliquement, s’intéresser aux plantes sauvages comestibles permet de se rendre compte de tout ce qui est déjà présent, à portée de main. De toute la richesse qui nous entoure sans avoir à chercher toujours plus et toujours plus loin. Cette richesse peut se voir dans la nature environnante mais aussi dans les savoirs que l’on découvre ou redécouvre et qui nous redonnent une certaine forme d’autonomie.

Dans cet article, nous allons donc voir en préambule quelques règles pour bien récolter les plantes sauvages comestibles. Puis nous verrons 5 plantes sauvages comestibles assez communes (différentes de celles déjà vues dans les articles précédents) ainsi que des recettes pour apprendre à les utiliser.

Quelques règles à connaître avant de récolter vos plantes

Bien connaître la plante

Il est très important de bien connaître la plante que l’on s’apprête à récolter. Certaines plantes sont toxiques et peuvent être confondues facilement. L’idéal est de bien comprendre les caractéristiques botaniques des plantes pour savoir comment les différencier ou de se faire accompagner pour débuter. C’est comme pour les champignons, il y a des règles à connaître pour ne pas se tromper mais une fois que l’on connaît la plante on peut y aller avec plus d’assurance.

Voir aussi : les stages ou ateliers organisés dans les Actus d’Epione.

Respecter les cycles naturels

Il faut également s’assurer que la plante n’est pas protégée dans la région et éviter de tout cueillir pour qu’elle puisse se régénérer, en laissant au moins les racines et si possible une partie de la plante ou en ne cueillant qu’une partie des spécimens sur place. Dans tous les cas, prélevez seulement ce dont vous aurez besoin, en quantités raisonnables.

Le choix du lieu

Le choix du lieu de cueillette est également important, pour éviter les pesticides. On parle en général d’aller au-delà de 5 m des bords des chemins et au-delà de 10 m en bord des routes.

Faire également attention aux terrains anciennement pollués, les champs récemment traitées, les prairies pâturées, etc.

Enfin, respecter les réserves naturelles et les propriétés privées.

Lavage des cueillettes

Pour laver les plantes destinées à être consommées crues, utiliser du vinaigre blanc dilué à 10 % dans de l’eau et nettoyer soigneusement les récoltes.

En cas de doute quand au risque de contamination parasitaire, consommer la plante cuite. Il faut cuire au moins 1 minute à 100°C ou bien sécher au moins 30 minutes à plus de 60°C pour éliminer tout risque de contamination.

5 plantes sauvages comestibles à connaître

Le plantain lancéolé

Description

Le plantain lancéolé (Plantago lanceolata) est une plante très commune que l’on trouve partout et très facile à reconnaître avec ses feuilles aux nervures parallèles et les fameuses boules sombres avec lesquelles on jouait étant enfants. On le retrouve dans les prairies, les bords de chemin, les terrains laissés à l’abandon…

Il existe de nombreuses variétés de plantains mais toutes sont comestibles. Toute la plante se mange.

C’est une excellente plante comestible également médicinale qui a un goût proche de celui du champignon de Paris. Il peut être ajouté aux omelettes, soupes, quiches, risottos, etc.

Plantain lancéolé plantago lanceolata recette

Recette de risotto au plantain

Dans cette recette de risotto au plantain vous pouvez mélanger les plantains avec des champignons ou d’autres plantes sauvages (ortie, oseille, bourrache…) pour varier les saveurs. Voici la recette toute simple :

  • Bien laver les plantes et les hacher finement
  • Faire revenir un ou deux oignons ciselés dans un peu d’huile et/ou de beurre
  • Ajouter le riz à risotto, laisser revenir deux ou trois minutes jusqu’à ce qu’il devienne translucide puis mouiller avec un peu de vin blanc
  • Remuer très régulièrement et ajouter du bouillon au fur et à mesure
  • 10 minutes environ avant la fin de la cuisson, ajouter le plantain haché et des herbes aromatiques ou épices (origan, thym, muscade, selon le goût)
  • En fin de cuisson, rectifiez l’assaisonnement et mélangez éventuellement avec du parmesan ou un peu de crème

La berce commune

Description

La berce commune aussi appelée berce spondyle (Heracleum sphondylium) est une grande plante vivace aux larges feuilles velues. Toute la plante est très aromatique, avec un goût très fin entre celui du brocoli et de la noix de coco (à découvrir absolument !). Excellentes à la fois en salade ou cuites, les feuilles sont très riches en protéines, vitamines et minéraux. Les fruits donnent aussi une épice intéressante qui rappelle le goût du gingembre.

Avant d’éclore, les feuilles sont regroupées dans un gros bourgeon qui lui a donné son surnom de brocoli sauvage. Toute la plante est comestible mais il ne faut pas la confondre avec sa cousine la berce du Caucase dont la sève est irritante.

Berce commune - Heracleum sphondylium recette

Recette de berce poêlée

Très délicate, la berce peut se cuisiner très simplement afin de bien mettre en valeur sa saveur. Simplement poêlée quelques minutes dans un peu d’huile d’olive avec une échalote ou un peu d’ail, elle donnera un légume délicieux qui accompagnera à merveille différents plats.

L’ail des ours

Description

L’ail des ours (Allium ursinum) est une des plantes sauvages comestibles les plus connues. C’est une plante vivace qui n’apparaît que quelques semaines au printemps mais qui peut coloniser des pans entiers de sous-bois dans lesquels elle aime se développer.

Attention de ne pas la confondre avec d’autres plantes, notamment le colchique ou le muguet qui sont toxiques.

Hors saison, il est possible de la remplacer par de l’alliaire (Alliaria petiolata) dont le goût d’ail est moins prononcé mais également intéressant. Les propriétés sont dans tous les cas mieux conservées lorsque ces plantes sont consommées crues.

Ail des ours allium ursinum recette

Recette de pesto à l’ail des ours

Mixer ensemble :

  • un gros bouquet de feuilles (et éventuellement fleurs) d’ail des ours bien lavées
  • 100g de pignons de pin (ou amandes, graines de tournesol, graines de courge, noix…)
  • 100g d’huile d’olive
  • 50g de parmesan
  • du sel et du poivre

A garder au frigo et à consommer rapidement.

Le lierre terrestre

Description

Le lierre terrestre (Glechoma hederacea) n’a rien à voir avec le lierre commun grimpant. C’est une petite vivace qui peut tapisser les sols, souvent dans les prairies. Elle possède de petites feuilles rondes et crénelées ainsi que des petites fleurs bleues violacées.

Le lierre terrestre est très aromatique. On peut sentir son parfum citronné simplement en froissant les feuilles. En cela, on s’en sert davantage comme condiment que comme légume. Il est particulièrement riche en vitamine C.

Lierre terrestre Glechoma hederacea recette

Recette de fromage blanc au lierre terrestre

Hacher finement un oignon rouge avec une poignée de feuilles de lierre terrestre. Les mélanger à 250g de fromage blanc (ou yaourt ou maquée), 2 cuillères à soupe d’huile d’olive et assaisonner (sel, poivre). A déguster bien frais.

Le lamier blanc

Description

Le lamier blanc (Lamium album) ou bien le lamier pourpre (Lamium purpureum) sont deux espèces très courantes dans les champs, prairies, bords de chemins, etc. Elles ressemblent un peu à l’ortie mais ne sont pas urticantes.

Le lamier est une plante annuelle. On prélève surtout la partie haute de la plante, plus jeune et plus tendre. On la consomme en salades ou comme légume, tel des épinards. Son goût n’est pas trop prononcé, assez doux, et le lamier est très nutritif, avec de nombreuses protéines, vitamines et minéraux intéressants.

Lamier blanc lamier pourpre lamium album lamium purpureum recette

Recette de quiche au lamier blanc

  • Préparation de la pâte : mélanger 200g de farine, 50g de flocons d’avoine, 5 cuillères à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre. Ajouter de l’eau jusqu’à l’obtention d’une pâte épaisse, en évitant de trop pétrir la pâte. Étaler la pâte dans un moule et laisser refroidir au frigo 30 minutes.
  • Préparation de la farce : laver et ciseler le contenu d’un gros saladier de feuilles de lamier. Les faire revenir quelques minutes avec un gros oignon ciselé ou une gousse d’ail écrasée.
  • Préparation de l’appareil : battre 3 œufs, 20cl de crème liquide et 20cl de lait. Ajouter du sel et du poivre
  • Cuisson de la quiche : sortez la pâte du frigo, y étaler la farce au lamier puis y verser l’appareil. On peut ensuite parsemer de fromage râpé, de graines diverses (tournesol, courge, sésame, noisettes…) ou de chapelure. Cuire ensuite au four 30-45 minutes à 180°.

Pour aller plus loin

Voici quelques ressources pour aller plus loin si ce sujet des plantes sauvages comestibles vous intéresse. Il en existe beaucoup mais je donne ici mes préférées :

  • Le site internet : celui de Nathalie Deshayes présente de nombreuses ressources pour découvrir et s’approprier les plantes sauvages comestibles.
  • Le livre : pour vos sorties de terrain, le Petit guide des plantes sauvages comestibles de Morgane Peyrot est le compagnon idéal. En format mini à glisser dans la poche, il vous aidera à reconnaître les plantes et ne pas vous tromper.
  • L’application : il existe également des applications pour vous aider à identifier les plantes rencontrées. Par exemple, PlantNet, une application gratuite.
Petit guide des plantes sauvages comestibles

N’hésitez pas non plus à aller explorer les autres plantes déjà abordées dans les articles précédents. La plupart sont des plantes que l’on peut trouver facilement non loin de chez nous (par exemple, l’ortie ou le pissenlit). Nous avons donc : les plantes de la femme, les plantes de la digestion ou les fleurs comestibles.

Prendre soin de soi au quotidien avec Epione Bien-être

Pensez à épingler cet article pour le retrouver facilement :

Plantes sauvages comestibles et médicinales
Plantes sauvages comestibles et des recettes pour se les approprier
5 plantes sauvages comestibles à découvrir