Aller au contenu
Créativité : s'inspirer de la nature pour innover avec la permaculture

Il y a tellement de façons dont on peut s’inspirer de la nature pour innover ! De tous temps la nature a été une source d’inspiration formidable, que ce soit par le jardinage, par le contact du vivant, par une observation minutieuse ou contemplatrice, par des balades riches en ressourcement et en détente, par des associations d’idées novatrices… Au contact de la nature le cerveau rationnel s’apaise et le cerveau créatif se libère.

Le concept qui symbolise pour moi cette inspiration par le vivant est le concept de permaculture. La permaculture est au départ un modèle d’agriculture naturelle. Mais ce concept a été repris dans différentes stratégies qui sortent parfois du cadre de l’agriculture. Par exemple, on parle de permaculture humaine ou de permaculture entrepreneuriale. Ici, pour rester dans le thème de la créativité par les plantes, nous allons nous focaliser sur la simple création d’un « jardin » (qu’il soit intérieur ou extérieur). Un jardin qui nourrit notre créativité, notre vitalité et notre joie de vivre.

Dans cet article je vous présenterai donc comment la nature peut nous inspirer pour innover. Puis nous verrons les 12 principes de la permaculture qui peuvent être étendus à de nombreux domaines dans une optique créative. Et enfin nous aborderons plusieurs façons de créer son propre jardin, qu’il soit médicinal, comestible ou simplement décoratif, mais toujours source d’inspiration, de détente et de créativité.

Les bénéfices d’une inspiration par la nature

Jardiner pour se reconnecter au vivant

Comme le dit si bien Julia Cameron, la créativité, c’est la vie ! Être en contact avec le vivant favorise les liens et les interactions, nous remplit d’une bonne énergie. C’est idéal également pour prendre du recul et sortir de ses tracas du quotidien. Quand on sent que nos routines finissent par nous enfermer, pourquoi ne pas sortir se reconnecter à cette énergie vivante et créatrice par essence ?

Jardiner pour libérer sa créativité

Oui la nature pousse dans tous les sens, c’est la mère de l’abondance. Quand on jardine, qu’on prend soin des plantes autour de nous, on prend soin de notre « puits intérieur », celui qui quand il est bien rempli déborde d’idées et de vitalité. On déconnecte le mental et on laisse la place, on libère, le cerveau créatif.

S’inspirer de la nature

La nature est également une grande source d’inspiration de par sa formidable diversité. De formes, de structures, de systèmes, d’associations, de couleurs… Tout est propice à l’inspiration et peut nous donner des idées créatives si on prend le temps de l’observer et de l’associer à nos propres problématiques. Pour penser « en dehors du cadre », rien de tel qu’un petit bain de nature et d’observation consciente de tout ce qui nous entoure.

Utiliser gratuitement les ressources de la nature

Enfin, la nature nous offre de nombreuses ressources gratuites (sous réserve d’une utilisation respectueuse). Que ce soient des plantes médicinales ou comestibles, des objets de décoration, des matériaux, des matières premières, des paysages, des images, ou tout simplement un lieu de ressourcement… Faire bon usage de ces ressources c’est aussi sortir des contraintes matérielles qu’on s’impose trop souvent dans notre vie agitée.

Développer sa créativité par le bien-être

Par tous ces aspects, la nature est une formidable source de créativité. En réalité tous ces points servent à nous ramener à un état de bien-être. Sortir du stress du quotidien pour arriver à lâcher-prise et à emprunter d’autres chemins.

« La créativité c’est ce qui se passe dans notre corps dans les moments où nous nous sentons pleins d’imagination »

Et une des façons d’entretenir ou de raviver cette flamme de l’imagination est de s’inspirer de la nature qui nous entoure.

Les 12 principes de la permaculture

La permaculture est un concept qui prône l’indépendance et la résilience par le fait de s’inspirer des fonctionnements naturels locaux. L’idée est toujours de s’adapter à une situation, une problématique. Et de mettre en place des structures efficaces qui permettent d’optimiser les bénéfices tout en limitant le temps investi. Elle est d’abord apparue dans le domaine de l’agriculture (et c’est encore là qu’elle est le plus appliquée) mais s’est ensuite étendue à d’autres champs d’application.

Une des façons de comprendre ce qu’est la permaculture est à travers de ses principes. Ici je reprendrais les 12 principes tirés du livre « Le guide Larousse de la permaculture ». Ce livre a été écrit à partir de l’expérience de Christopher Shein dans son propre jardin et dans son activité de design de jardins en permaculture.

Ces principes sont évidemment applicables à la création de son propre jardin. Mais ils peuvent aussi être généralisés à d’autres aspects de nos vie et de nos modes de fonctionnement. Ils sont assez inspirants dans l’optique de s’autonomiser, de devenir plus résilient et d’apprendre à s’adapter à des situations ou problématiques nouvelles.

1. Observer et interagir

L’observation permet de récolter les informations qui serviront à comprendre le fonctionnement naturel du système étudié. Cette étape de bilan préalable, qui peut aussi être une étape d’observation de ce qui se fait ailleurs, est indispensable avant toute action. Observer le fonctionnement actuel, naturel, prendre la mesure de tous les paramètres, est essentiel pour pouvoir agir avec efficacité et pertinence, mais aussi pour pouvoir évaluer les effets des actions menées.

2. Capter et stocker l’énergie

L’idée de ce principe est de se rendre compte que l’énergie quelle qu’elle soit est fluctuante. De la même manière qu’il y a des saisons froides et des saisons chaudes, des inspirations et des expirations. C’est naturel. L’idée est d’apprendre à gérer cette énergie, à l’entretenir, à la stocker ou à faire des réserves pour les saisons creuses. Cela peut aussi bien s’appliquer aux énergies matérielles (électricité, eau, nutriments) qu’aux énergies mentales et créatives.

Lire aussi : la roue de l’année, un outil pour se connecter aux cycles naturels.

3. Obtenir une production

Quel est l’objectif de production ? Pourquoi veut-on agir sur ce système et pour obtenir quels résultats ? Il existe des résultats directs et tangibles mais aussi des résultats indirects, humains, sociaux, etc.

4. S’auto-réguler et accepter la rétroaction

Ce principe signifie que nos actions vont avoir des conséquences. Accepter la rétroaction c’est accepter que parfois ces conséquences ne sont pas à la hauteur de nos espérances ou que nos actions ne produisent pas les effets escomptés. S’auto-réguler c’est donc adapter nos actions en fonction des résultats observés, patiemment et méthodiquement.

5. Utiliser des ressources renouvelables

L’idée ici c’est de penser à long-terme : cette solution est-elle viable sur le long-terme ? Quelles ressources sont disponibles et produisent de façon renouvelable voire multipliée ? S’appuyer sur ces ressources viables et pérennes plutôt que sur des solutions rapides, de court-terme, mais qui vont vite s’épuiser (ou nous épuiser).

6. Ne pas produire de déchets

Pour ne pas produire de déchets il est essentiel de comprendre que les déchets des uns sont les ressources des autres. Réduire, réutiliser, recycler, redonner une seconde vie. Ce principe permet aussi de trouver des solutions créatives par la contrainte, en s’inspirant de la nature qui ne produit aucun déchet mais réutilise de façon cyclique les déchets de chacun.

Lire aussi : 3 méthodes pour désencombrer sa maison

7. Partir des structures d’ensemble pour arriver aux détails

Ce principe permet d’apprendre à prendre du recul pour avoir une vision d’ensemble. La vision d’ensemble évite de perdre son énergie à travailler sur des détails inutiles. Alors qu’une action sur la structure d’ensemble serait bien plus économe en énergie et efficace en termes de résultats. Une fois la structure d’ensemble posée, on peut progressivement entrer dans les détails. Pour le dire autrement, c’est bâtir les fondations avant de construire les murs, tout simplement.

8. Intégrer plutôt que séparer

Voir des combinaisons et des associations fructueuses, plutôt que des barrières et de la compétition. La coopération est au cœur de ce principe, par exemple des associations de plantes bénéfiques mais aussi des associations humaines, de la mise en réseau.

9. Préférer les solutions lentes, à petite échelle

Encore une fois cette notion de durabilité, vue d’une autre manière. Se tourner vers les ressources locales, proches de chez nous, ou encore vers les solutions pérennes et durables plutôt que des raccourcis qui risquent de perturber le système.

Ce principe est par exemple valable pour la mise en place de nouvelles habitudes bien-être. Il vaut mieux y aller par petits pas que vouloir tout changer d’un coup, au risque de se décourager.

10. Utiliser et valoriser la biodiversité

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, prendre conscience de la diversité des solutions possibles, des associations, des méthodes. Dans un souci de résilience, picorer par ci par là est plus efficace que de procéder en « monoculture ».

Lire aussi : Prendre soin de son intestin.

11. Valoriser les bordures

En permaculture on valorise aussi les espaces délaissés, les endroits un peu isolés ou qui ne sont pas habituellement valorisés. C’est pareil pour toute recherche créative ! L’idée est d’essayer de voir des ressources là où d’autres verraient des problèmes ou de la neutralité.

12. Répondre au changement de manière créative

Ce dernier principe nous pousse à lâcher-prise sur ce qu’on ne peut pas contrôler. Que ce soit le temps qu’il fait, des événements extérieurs, etc. Les voir plutôt comme des leçons à tirer, des solutions à imaginer, une adaptation nécessaire, plutôt que comme des erreurs ou des ratés.

Créer son propre jardin pour s’inspirer de la nature

Après avoir vu ces 12 principes de la permaculture pour s’inspirer de la nature, est-ce qu’on n’aurait pas envie d’avoir son propre petit jardin source de créativité chez soi ? Afin de pouvoir en prendre soin au quotidien et de s’en inspirer ? Voilà quelques idées pour créer son propre petit jardin à la maison. De nombreuses ressources existent pour aller plus loin (je vous en mets quelques-unes à la fin de l’article).

Un jardin créatif, où ça ?

Même sans jardin, balcon ou terrasse, on peut se créer son petit écrin de verdure chez soi. Voici différents espaces à investir pour y amener un peu de verdure :

  • En intérieur : de la simple plante en pot posée sur le bureau à une véritable jungle urbaine, ce n’est pas la taille qui compte ! L’important est la qualité des soins que vous prodiguez et surtout de profiter de ces moments de contact privilégiés avec la nature…
  • Sur un balcon ou une terrasse : de nombreuses plantes, ornementales mais aussi comestibles et/ou médicinales, se cultivent en pot assez facilement. On peut déjà commencer à utiliser les principes de la permaculture sur des petits espaces tels qu’un balcon.
  • Dans une cour : on peut installer une jardinière plus ou moins sophistiquée pour amener de la nature dans une cour. La difficulté principale consistera à trouver suffisamment de terre ou terreau. Mais une fois ce détail réglé vous pourrez aménager facilement votre écrin de verdure, en privilégiant des espèces qui supportent l’ombre si votre cour est un peu enclavée.
  • Aménager son jardin : la situation confortable par excellence, avec de nombreuses possibilités qui s’offrent à vous ! « Un jardin, même petit, c’est la porte du paradis ». En permaculture on a tendance à délimiter des zones en cercles concentriques autour du lieu d’habitation. Ainsi, plus la zone est proche de la maison, plus les récoltes et l’entretien seront faciles. On place dans les zones éloignées des espèces qui nécessitent moins d’entretien et des espaces plus sauvages.
  • Dans un jardin partagé : Enfin si vous n’avez pas vraiment d’espace mais que vous aimeriez tout de même cultiver vos propres plantations, il existe dans de nombreux endroits des jardins partagés à investir. Pensez aussi à la location (seul ou à plusieurs) des terrains non utilisés.

Différents styles de jardins pour s’inspirer de la nature

Pour terminer ce long article, voici quelques styles de jardins pour s’inspirer et pour vous donner envie de créer, vous aussi, votre petite source de verdure :

  • Les jardins en permaculture, bien-sûr, avec notamment le jardin-forêt, les buttes de culture, les jardinières en trou de serrure, les guildes autour d’un arbre fruitier, etc.
  • Les jardins qui nous font voyager : le jardin anglais, les jardins à la française, les jardins zen ou japonais, le jardin exotique, l’inspiration méditerranéenne…
  • Ceux qui nous rappellent une époque : le jardin de curé (jardin de comestibles et médicinales comme au Moyen-âge), ou encore le jardin moderne (épuré, minimaliste, travaillé).
  • Ceux qui s’adaptent aux contraintes du lieu : le jardin en terrasses, le jardin vertical, le jardin sec, le jardin de rocaille, le jardin d’eau autour d’une mare, etc.

A vous de laisser libre cours à vos envies ! Bien sûr chez Epione je vous encouragerai toujours à y mettre un maximum de plantes comestibles et médicinales qui serviront de ressources au quotidien. Vous pouvez par exemple y insérer des plantes des articles précédents : les plantes de la femme, les plantes médicinales de la digestion ou même des fleurs comestibles et médicinales. Ou encore y planter votre plante totem si elle se prête aux conditions climatiques de votre région !

Ressources pour aller plus loin

Le livre « Le guide Larousse de la permaculture, ne combattez pas la nature, imitez-là ! » est une véritable bible très inspirante pour ceux qui s’intéressent au jardinage en permaculture.

Pour aller plus loin, le site Permaculture Design propose de nombreux contenus gratuits et des formations payantes. Ils ont également une sélection de livres intéressants.

Pour les entrepreneur.e.s, le livre « Le guide de l’entrepreneur durable » de Solène Pignet fait le parallèle entre entreprenariat et permaculture : plein d’idées pour développer son activité de manière créative et durable.

Prendre soin de soi au quotidien avec Epione Bien-être

Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement.

Développer sa créativité grâce à la permaculture
Les 12 principes de la permaculture pour être plus créatif
S'inspirer de la nature pour créer avec la permaculture
Étiquettes: